twitter facebook chevron-right
déontologie

Gilles Le Gendre se défend de tout conflit d'intérêts dans la nomination de sa femme à La Française des jeux

Dans un courrier adressé à ses collègues, le président des députés LaREM répond aux "insinuations malveillantes" sur la nomination de son épouse Raphaële Rabatel à La Française des jeux, en plein vote d'une loi qui prévoit sa privatisation. Il a saisi la déontologue de l'Assemblée nationale.
2 min
Gilles Le Gendre pendant la nouvelle lecture de la loi Pacte, le 14 mars 2019Gilles Le Gendre pendant la nouvelle lecture de la loi Pacte, le 14 mars 2019

En votant en faveur de la loi Pacte jeudi 11 avril, Gilles Le Gendre s'est-il mis en situation de conflit d'intérêts ? L'intéressé s'en défend vivement dans une lettre adressée lundi à ses collègues (voir ci-dessous).

Le patron des députés La République en marche fait face à une polémique depuis que la nomination de son épouse Raphaële Rabatel à la direction de la communication et du développement durable de La Française des jeux a été rendue publique, deux jours avant le vote définitif sur le projet de loi qui prévoit sa privatisation.

"Je n'ai évidemment en rien été associé à son recrutement, réalisé dans les règles", affirme le député de Paris qui s'indigne face aux "insinuations malveillantes" sans "le moindre fondement". Une réponse aux élus de l'opposition qui, comme Daniel Fasquelle (LR), se disent "choqués" par la coïncidence entre ces deux événements qui relèvent selon eux du "conflit d'intérêts".

Pour couper court à la polémique, Gilles Le Gendre annonce avoir saisi la déontologue de l'Assemblée nationale. "Elle me dira si des erreurs ont pu être commises dans l'exercice de mon mandat", écrit-il.

Il reconnaît également les interrogations provoquées par le télescopage de ces deux actualités, y compris dans son camp :

Je comprends le trouble qu'a pu susciter cette annonce à l'avant-veille du vote en lecture définitive de la loi Pacte.Gilles Le Gendre à ses collègues, le 15 avril 2019

Le député met en avant la carrière de sa femme, "professionnelle de la communication depuis trente ans" et souligne que les nouvelles fonctions de celle-ci "excluent toute relation avec les parlementaires".

Raphaële Rabatel, 57 ans, a commencé son parcours professionnel dans le groupe Rhône-Poulenc dans les relations extérieurs, avant de rejoindre le milieu bancaire (BNP-Paribas, Caisse d'Épargne) puis le groupe Gaz de France (désormais Engie). Elle a notamment préparé et accompagné l'ouverture du capital de l'électricien en 2005, puis sa privatisation et sa fusion avec Suez en 2007. Elle devra gérer une situation similaire au sein de la FDJ, qu'elle doit rejoindre en mai.

L'État, qui détient 72% du groupe, va en effet vendre la majorité de ses participations une fois la loi Pacte promulguée par le président de la République.

DOCUMENT. La lettre de Gilles Le Gendre à ses collègues


Lettre de Gilles Le Gendre adressée à ses collègues, le 15 avril 2019