twitter facebook chevron-right

"Dérapage de 8 milliards d'euros" dans le budget 2017 ? L'ancienne rapporteure dénonce la "mauvaise foi" du gouvernement

Valérie Rabault est revenue, jeudi dans Politique matin, sur le sévère bilan budgétaire de la France dressé par Didier Migaud, le premier président de la Cour des comptes.


Utiliser le rapport de la Cour des comptes pour justifier de nouvelles coupes budgétaires ? C'est l'accusation portée par Valérie Rabault députée Nouvelle Gauche qui a piloté à l'Assemblée nationale le budget 2017 mis en cause par Didier Migaud.

"Le gouvernement précédent avait fait 13 milliards d'euros de réserve, la réserve de précaution. Cette réserve, il est toujours possible d'annuler un certain nombre de dépenses là-dessus", explique l'ancienne rapporteure du projet de loi de finances. "Il y a la possibilité d'atteindre l'objectif de 3% comme le souhaite le gouvernement. Après, est-ce que dans le fond ce n'est pas une opportunité de dire 'je vais faire des coupes, je vais geler le point d'indice des fonctionnaires' ?"

"On ne découvre pas un trou de 8 milliards !"

Selon Valérie Rabault, le gouvernement s'est surtout servi "de la communication autour de la publication du rapport de la Cour des comptes pour défendre ses intérêts". La députée de la commission des Finances assure qu'il n'y a pas de trou de 8 milliards d'euros : "Un trou de 8 milliards, cela voudrait dire que vous n'avez pas vu un certain nombre de choses, ce qui est faux ! Il n'y a rien de nouveau qui a été découvert dans ce rapport ! Sauf à vouloir faire un peu de mauvaise foi..."