l Sécurité sociale : Agnès Buzyn défend le PLFSS 2019 devant les députés | LCP Assemblée nationale twitter facebook chevron-right

Sécurité sociale : Agnès Buzyn défend le PLFSS 2019 devant les députés

La ministre de la Santé était auditionnée mercredi par les députés sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale. Elle s'est félicitée que "pour la première fois depuis 18 ans, le régime général et le fonds de solidarité vieillesse sont équilibrés".

Les députés de la commission des affaires sociales ont auditionné mercredi soir Agnès Buzyn et Gérald Darmanin.

La ministre de la Santé et le ministre de l'Action et des Comptes publics étaient venus présenter le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2019, dont l'examen doit commencer mardi après-midi.

La mise au point de Bourguignon

La séance a débuté par une mise au point de la présidente de la commission Brigitte Bourguignon (LREM), qui a mis en cause le dépôt tardif du PLFSS par le gouvernement.

Madame la ministre, monsieur le ministre, nous aurons besoin d'une semaine supplémentaire pour examiner les prochains PLFSS et donc que vous déposiez le projet une semaine plus tôt (...) L'Assemblée nationale ne peut plus être la variable d'ajustement (...)Brigitte Bourguignon

Sa déclaration, très applaudie, a plus tard été relayée par l'élue MoDem Nathalie Elimas ainsi que par la députée La France Insoumise Caroline Fiat : "Nous avons reçu (le texte) cet après-midi à 17h48, c'est-à-dire moins de quatre heures avant cette audition", a déploré l'élue de Meurthe-et-Moselle, selon qui il sera difficile de déposer des amendements "en moins de 48 heures" sur un projet de loi de "58 articles et 177 pages".

Médicaments génériques

Agnès Buzyn a ensuite pris la parole pour prendre la défense du "deuxième PLFSS du quinquennat". La ministre a souligné que "pour la première fois depuis 18 ans, le régime général et le fonds de solidarité vieillesse sont équilibrés".

Elle a ensuite évoqué son "souhait de poursuivre le développement des médicaments génériques" :

S'il n'y a pas de motif médical à la délivrance du (médicament d'origine) alors qu'il existe un générique moins cher (...) je propose que (le médicament d'origine) soit à l'avenir remboursé sur la base du générique.Agnès Buzyn

Autre mesure phare du texte : le dispositif "100% santé" (ou "reste à charge zéro") qui doit permettre d'accéder "à compter de 2021" au remboursement intégral de certaines lunettes, prothèses dentaires et auditives.

"Quasi gel des pensions de retraites"

Lors des débats, qui faisaient office de discussion générale sur le texte, l'élu UDI, Agir et Indépendants Paul Christophe a critiqué le projet de loi, estimant que "le médicament demeure la variable d'ajustement du budget". Selon lui, il existe un risque de "voir les laboratoires cesser d'investir dans les nouveaux traitements".

Joël Aviragnet (PS) a pour sa part évoqué un PLFSS "globalement décevant" malgré quelques "bonnes mesures", comme l'"autorisation faite aux pharmaciens d'effectuer la vaccination anti-grippale".

Le député communiste Pierre Dharréville a quant lui critiqué une "politique de compression des dépenses sociales" qui se traduira par "5,7 milliards d'économies dont 3,8 sur les dépenses de santé". L'élu des Bouches-du-Rhône a également dénoncé le "quasi gel" des pensions de retraites, des APL et des allocations familiales car elles seront "augmentées de 0,3%", ce qui est "bien inférieur à l'inflation, fixée à 1,5%". Cette mesure constitue, selon lui, "une nouvelle attaque contre le pouvoir d'achat".

"Ce n'est pas une insulte"

Gérald Darmanin a par ailleurs profité des débats pour moquer son ancienne famille politique. Répondant au député Les Républicains Gilles Lurton, qui l'interpellait sur la question des prestations familiales et sociales, le ministre n'a pas hésité à évoquer le "programme politique" défendu la veille par Laurent Wauquiez, qualifié (ironiquement) de "chef de l'opposition" :

J'ai écouté avec attention M. Wauquiez. Non, mais ce n'est pas une insulte "M. Wauquiez". C'est pas grave (...) Le programme du parti politique auquel vous appartenez consiste à baisser l'allocation adulte handicapé."Gérald Darmanin