twitter facebook chevron-right

Voyages, frais d'intendance, Souzy-la-Briche : le budget de Matignon passé au crible

À l'occasion du projet de loi de finances 2019, Marie-Christine Dalloz (LR) a passé en revue les dépenses du Premier ministre et de son cabinet. "Je déplore avant tout le manque de transparence", explique la députée qui a dû se contenter des informations "qu'on a bien voulu lui donner".

Combien coûte Matignon ? Une question simple qui appelle une réponse... contrastée. Rapporteure spéciale du budget, Marie-Christine Dalloz a décidé cette année de se concentrer sur les dépenses du Premier ministre et de son cabinet. Une démarche rare, qui donne l'occasion d'en savoir plus sur les ressources affectées au deuxième personnage de l'État.

Dans son projet de rapport sur "la direction de l'action du gouvernement", que LCP a pu consulter, l'élue Les Républicains révèle dans les grandes lignes les dépenses de Matignon depuis 2014, avec des exemples précis mais aussi quelques déconvenues. "J'ai fait avec ce qu'on a bien voulu me donner...", se désole-t-elle.

Car la députée comme ses collègues, fussent-ils membres de la commission des finances, sont avant tout tributaires de la bonne volonté des administrations qu'ils souhaitent ausculter...

Budget de fonctionnement stable, des frais jugés élevés

Premier enseignement : les dépenses de fonctionnement de Matignon sont "relativement stables", autour de 3,9 millions d'euros par an. Les prévisions pour 2018 et 2019 devraient s'inscrire au même niveau.

Toutefois, Marie-Christine Dalloz rappelle que "ces dépenses de fonctionnement courant ne comprennent pas les dépenses immobilières, les vols ETEC* et les dépenses d'intendance".

Les crédits de paiement pour les frais d'intendance sont d'ailleurs en hausse légère et régulière depuis quatre ans. Ils devraient atteindre 2,3 millions d'euros en 2019 (contre 2,1 millions en 2014).

Un coût loin d'être négligeable :

Votre rapporteure estime ces dépenses particulièrement élevées dans la mesure où elles ne comprennent que les produits alimentaires, les prestations hôtelières et les produits vestimentaires.Projet de rapport sur la direction de l'action du gouvernement

Édouard Philippe compte 496 personnes à son service, dont 69 collaborateurs de cabinet. Toutefois, 251 d'entres elles sont "mises à disposition" par d'autres ministères, ce qui brouille la lecture budgétaire de la masse salariale de Matignon, qui s'élève à 18,45 millions d'euros en 2018. "Idéalement, il faudrait aller chercher dans chaque ministère ce que coûte le personnel mis à disposition", explique la rapporteure.

Très chère Nouvelle-Calédonie

En matière de transport, les chiffres obtenus par Marie-Christine Dalloz permettent de mettre en perspective quelques polémiques des dernières années.

Ainsi, le plus gros consommateur de vols gouvernementaux depuis 2014 est sans conteste Manuel Valls, qui a dépensé 3,5 millions d'euros en 2015. C'est l'année de son déplacement "officiel" à Berlin, avec ses enfants, pour la finale de la Ligue des champions entre le FC Barcelone et la Juventus.

En 2018, première année de plein exercice d'Édouard Philippe, la direction des services administratifs et financiers indique que le coût des vols du Premier ministre s'établira à 3 millions d'euros. 2019 devrait suivre la même trajectoire, "même s'il est à ce stade difficile d'établir une prévision fiable".

Marie-Christine Dalloz a réussi à obtenir l'enveloppe consacrée à la tournée du Premier ministre en Nouvelle-Calédonie, en novembre 2017. Le vol retour avait défrayé la chronique à cause du prix de l'avion, loué à un privé pour 350 000 euros. Au total, cette tournée chez les Néo-Calédoniens a coûté in fine 816 744 euros.

Souzy-la-Briche, son parc, ses employés

Moins connu que le Pavillon de la Lanterne ou le Fort de Brégançon, réservés au Président de la République, la résidence de Souzy-la-Briche est le lieu de villégiature du Premier ministre.

Située sur un domaine de près de 400 hectares, dont une partie est à sa disposition, cette maison de maître est entretenue par le ministère de la Culture, qui a refacturé à Matignon, en 2018, près de 130 000 euros de prestations, détaille le projet de rapport.

Les services du Premier ministre prennent directement à leur charge "les dépenses de petits équipements, l'aménagement d'espace et l'achat de produits horticoles" (66 072 euros en 2017) ainsi que "les deux véhicules du site" (5 645 euros).

Sur place, la gestion du site est assurée par quatre agents (une intendante, un régisseur et deux jardiniers), dont la charge est répartie également entre Matignon et la Rue de Valois.

Les dépenses personnelles remboursées

Interrogée par la rapporteure, le secrétaire général du gouvernement assure qu'Édouard Philippe rembourse toutes ses dépenses personnelles, comme celles occasionnés par ses enfants "lorsqu'ils l'accompagnent lors d'un déplacement". Une attitude présentée comme "un changement de comportement par rapport aux ministres précédents".

En fin de compte, Marie-Christine Dalloz regrette surtout "la faible transparence" sur les crédits dépensés par Matignon. En comparaison, les dépenses annuelles de la présidence de la République sont publiées chaque année sur le site de l'Élysée et font l'objet d'un contrôle de la Cour des comptes.

* ETEC : L'escadron de transport, d'entraînement et de calibration de l'armée de l'air, qui assure les vols gouvernementaux. Les frais sont avancés par le ministère des Armées, puis refacturés aux services du Premier ministre.